Foyer Rural René Lavergne - Auzeville

La rando enchantée dans le Vall de Boí

Sous la conduite de Gérard Destain, randonneurs et marcheurs ont exploré le massif pyrénéen espagnol des magnifiques Encantats

On ne voit bien qu’avec le coeur. L’essentiel est invisible pour les yeux”. D’accord, Saint-Ex, mais si tu avais suivi la section Rando ce mois de juin, tu aurais révisé cet aphorisme culte pour sujet de bac. Le cœur, les yeux et… les mollets se sont associés tout au long de notre trek pour exalter une splendeur dont la quatrième dimension est d’ordre spirituel. Dans l’effort prolongé au milieu des monts et merveilles de la nature, le corps, l’esprit aussi, s’élèvent.

Nous avions jeté notre dévolu sur un écrin de montagnes zébré par des eaux vives : le massif des Encantats (monts enchantés), en Catalogne à l’ombre de la Maladetta[1]. Plus précisément, notre paisible camp de base[2] était au cœur du Vall de Boí, connu aussi pour un ensemble remarquable d’églises romanes inscrit au patrimoine de l’Unesco. À elles seules, elles valaient le déplacement ! La montagne nous faisant de l’œil jusqu’au début des après-midis, il restait du temps à passer pour observer “le temps roulé sous les plis de la voûte” dans des églises à l'ombre des édifices cultuels.

Beauté singulière des paysages du Parc Nacional d'Aigüestortes

Le groupe comprenait vingt-six participants. “26 !!! Houlà-là, quelle procession !!”. En réalité, nous étions divisés en deux catégories, les marcheurs et les randonneurs, en fonction des objectifs, de la forme ou des affinités. Les uns allaient au col, au lac, les autres gagnaient un sommet plus élevé. Et puis, passée la première demi-heure, l’éparpillement était total ; chacun marchant à son rythme propre, il n’y avait plus que des solitaires et des escouades réduites à deux ou trois paires de jambes.

Aux retrouvailles de pique-nique, appétit et discussion étaient ouverts. Le sujet était bien entendu la beauté singulière du paysage : le “Parc Nacional d'Aigüestortes” (eaux tortueuses) est un immense labyrinthe montagneux, décliné en mille vallons recélant une quantité inégalée de cascades vertigineuses, de ruisseaux enchevêtrés et de torrents ombrageux. On n’y effraye que modérément les marmottes que seul l’aigle inquiète et qui se vautraient sans vergogne sur les blocs granitiques ensoleillés. Plus loin, les isards caracolaient élégamment avec une rapidité insoupçonnée sur les champs de neige et les éboulis.

Cinq jours à vous couper le souffle.

Stéphane Lelong




[1] Itinéraires, profil des courses, traces GPS : voir sur le site du FRRL http://www.foyerruralauzeville.org/?q=randonnée

[2] La Plaça, petit hôtel familial très accueillant (Merci à Xavi, le patron) et d’un excellent rapport qualité / prix à Erill-la-Vall en plein cœur du Vall de Boí. On vous le recommande ! http://www.hostal-laplaza.com/fr/