Foyer Rural René Lavergne - Auzeville

Rafales irlandaises sur Auzeville

au gymnase du FR.jpg

Renversant, le groupe Doolin, comme le vent d’ouest qui secoue la lande de Galway à Dublin ! Partis d’ici, ils revenaient de Nashville pour un concert dans notre gymnase. C’est rock, ça swingue. Télérama, The Irish Times les louent. 

Le 9 avril dernier, nous avons tous pris un grand bol d’air irlandais grâce au groupe Doolin’. Tous…non pas tous, il y avait des absents et ils vont le regretter car ceux qui étaient là, très nombreux (plus de 350 entrées), venant de Toulouse, Ramonville, Castanet et Auzeville, vont leur raconter la belle soirée passée dans notre gymnase décoré aux couleurs de l’Irlande.Le groupe Doolin’a vraiment enflammé la salle avec ces airs celtes si entraînants. Certains morceaux ont été scandés par les spectateurs frappant dans leurs mains.

Mais d’où viennent ces irlandais ? Tout simplement de chez nous ! Ses principaux membres sont enfants d’Auzeville. Le saviez-vous ? La famille Fournel peut s’enorgueillir d’avoir deux de ses enfants, Jacob et Josselin, créateurs de ce groupe qui devient, au cours de ces dernières années, de plus en plus célèbre dans le monde musical irlandais*.

Né en 2005, Doolin’ tire son nom d’un petit village de la côte ouest de l’Irlande, réputé pour sa musique traditionnelle et haut-lieu du « craic », cet esprit de fête typiquement irlandais. Le groupe vient d’enregistrer un nouvel album aux US, à Nashville (Tennessee)… !!!

Concert humanitaire

Pour la touche française, ils ont transformé la célèbre Jig The White Petticoat en une valse de jazz musette, rebaptisée Le Jupon Blanc et repris Amsterdam de Jacques Brel. Ils ont voulu faire un parallèle entre la grande famine irlandaise et celles qui touchent trop souvent le continent africain, en composant Reel Africa avec des percussions et rythmes d’Afrique de l’Ouest. Doolin’ a aussi décidé de reverser 10% des recettes de ce disque durant les trois premières années de son exploitation à la fondation Grameen CA pour soutenir des projets de développement agricole en Afrique. Le punch, la sensibilité, l’humour et la virtuosité des six musiciens ont réussi  à faire vibrer la salle. 

Un grand merci à tous les bénévoles qui se sont dépensés pour la décoration de la salle (un bravo spécial à Guy qui a peint de jolies fresques aux couleurs de l’Irlande), pour l’aménagement, la billetterie et le bar.

Denis Monchy 

Revue de presse

  • They’re an all-French band who play Irish traditional music brilliantly.Frank McNally. The Irish Times. 
  • Six excellents musiciens respectueux des sons et des mélodies originelles, mais capables de faire groover leurs jigs sur des rythmes ultrafunky. Anne Berthod, Télérama.
  • Six musiciens de formation et de sensibilités variées qui ont su unir leurs talents pour enflammer n’importe quelle salle de concert.Bruno Le Gars. Le Festicelte.

* Voir en suivant l’article qui leur est consacré, voir aussi les photos de B. Benant (©) à Nashville qu'on trouve dans la pochette du CD, clichés aimablement donnés par Jacob Fournel